Les objets connectés : les incontournables de 2015

Dans: Actualités

Alors que la Fnac ouvre son magasin « Fnac Connect » dédié aux objets connectés ce mois-ci à Angoulême, il est grand temps de s’interroger sur ce marché.

Si la Fnac mise sur ce secteur d’activité, avec, en prévision l’ouverture de nombreux « corners » dédiés dans l’Hexagone, c’est qu’il est particulièrement florissant.
Entre les wearable devices, les drones, les smartphones connectés, le champ des possibles est largement ouvert et les opportunités commerciales qui en découlent sont bien évidemment conséquentes.

Ce mois-ci également, au très médiatisé South by Southwest, les objets connectés étaient à l’honneur, avec notamment un focus particulier pour le « smart home » qui compte à lui seul « un potentiel de croissance le plus important pour les fabricants d’accessoires domestiques. Une récente étude Transparency Market Research (ici) estime que ce marché passera de 4,4 à 21 milliards de dollars entre 2014 et 2020. Cette progression sera notamment catalysée par la réussite des secteurs principaux : la sécurité, le divertissement et l’éclairage intelligent. »

Et en dehors la maison, ce sont les projets de smart cities qui se développent de plus en plus. D’ici fin 2015, pas moins d’1 milliard d’objets connectés seront dédiés au bon fonctionnement de ces villes intelligentes. Les citoyens retrouveront ces objets dans leur quotidien pour les aider à mieux vivre dans leur environnement urbain. Transports autonomes, énergie, gestion des déchets, stationnement, services publics seront ainsi optimisés grâce aux objets connectés.

Dans le secteur du tourisme également, on s’équipe ! Si certains hôtels songent à s’équiper de la montre connectée d’Apple* afin de ne pas rater leur cible technophile, les communes et lieux touristiques eux, commencent à s’équiper de la technologie beacon, qui leur permet de pousser du contenu automatiquement aux mobinautes.

Selon le cabinet Gartner, « les entreprises qui tarderaient à s’impliquer dans l’internet des objets risquent de rater le coche car si la vente de solutions matérielles constitue une activité porteuse, la potentiel commercial réside davantage dans les services associés et l’exploitation des données issus d’objets connectés que dans la distribution d’objets connectés en elle-même. ».

Sources: 1  2 *3